Conseils pour un lancement commercial sans encombre

Créer sa marque cosmétique ou de produits de bien-être, puis la commercialiser dans différents pays, est le souhait de nombreux entrepreneurs. C’est un projet passionnant mais complexe. Procéder au lancement commercial, dans les pays est, souvent, soumis à un enregistrement ou une déclaration préalable par pays ou groupe de pays (par exemple Zone Europe).

 ETAPE 1 : Identifier les pays ou groupe de pays, d’un point de vue règlementaire

  • Vérifier la  conformité des principes actifs, des extraits de plantes, des matières premières bio ou conventionnelles, à la législation en vigueur dans le pays de destination
  • Valider que l’emballage est en adéquation avec la gestuelle du consommateur, et assure la protection du contenant dans le pays de destination (certains pays n’acceptent pas les ampoules en verre par exemple, températures extérieures peuvent être extrêmement chaudes, …)

ETAPE 2 : Définir les éléments requis par les autorités pour la mise à disposition des produits sur le marché-export sélectionné

  • Quel est le statut du produit dans le marché-cible ? Y-a-t-il un changement de statut ?
  • Les allégations sont-elles conformes à la législation applicable ?
  • Quelles sont les barrières en douane ? (s’il y en a)

L’ensemble des pré-requis est maintenant défini. Il faut collecter les données pour pouvoir répondre aux autorités.

Certains produits peuvent avoir des statuts différents en fonction des pays. Par exemple, un produit de protection solaire n’est pas un produit cosmétique aux USA, mais un OTC (quasi-drug), alors qu’il l’est en Europe. Ceci implique donc de fournir des éléments de stabilité différents.

ETAPE 3 : Constituer le dossier règlementaire

Afin de procéder au dépôt du dossier règlementaire sur les différents marchés sélectionnés, il faut prouver que le produit n’est pas dangereux, ce qui inclut l’obligation de procéder à des tests:

  • Ces tests sont effectués par des laboratoires indépendants
  • Il peut s’agir de challenge tests, de tests de stabilité, de tests de tolérance cutanée et oculaire, de contrôle du pH et de la viscosité, de certificat d’innocuité…
  • Ces tests sont payants, et doivent être prévus dans le budget de lancement. Plus les pays ciblés sont nombreux, plus le coût des tests sera élevé.

Prenons l’exemple d’un lancement en Europe:

Selon le Règlement n°1223/2009 : toute société doit désigner une Personne Responsable (PR), physique ou morale, au sein de la Communauté Européenne, pour chaque produit cosmétique, qu’elle souhaite mettre sur le marché européen. Cette personne peut être :

  • Le fabricant établi dans la Communauté
  • L’importateur : si le produit cosmétique est fabriqué en dehors de l’Union Européenne.
  • Le distributeur : si le produit est mis sur le marché sous son nom, ou sa marque, ou s’il modifie le produit, déjà sur le marché, en risquant d’affecter sa conformité au règlement.
  • Une personne établie dans la Communauté : le fabricant ou un importateur peut désigner une tierce personne établie dans la communauté.

NB : Dans le cas où le fabricant ou l’importateur désignent une Personne Responsable, le seul formalisme, exigé par le Règlement 1223/2009, est l’écrit. Vous devez désigner votre Personne responsable par mandat écrit et votre Personne Responsable doit avoir accepté par écrit.

ETAPE 4 : Votre produit est prêt à être commercialisé.

Votre produit est développé, il peut maintenant être fabriqué pour être vendu sur vos marchés.

Excellent lancement !

Demandez-nous un devis de consulting pour vous accompagner de la R&D au lancement commercial pour créer sa marque cosmétique

Contactez-nous