Les huiles essentielles sont des matières premières de choix pour la formulation de produits cosmétiques ou de compléments alimentaires, cependant leur origine naturelle ne doit pas faire oublier qu’il faut rester vigilant d’un point de vue toxicologique.

Article réalisé en collaboration avec David Martinetto – Expert Analytique, Industrie Pharmaceutique

On entend par huile essentielle (HE), un liquide concentré en substances végétales, obtenu par extraction ou distillation de molécules volatiles de la plante d’origine. Sur 800 000 espèces végétales, seulement 10% d’entre elles sont utilisables pour produire des HE.

Connues depuis l’antiquité, les huiles essentielles (HE) sont utilisées par de nombreuses pharmacopées tant pour leurs propriétés médicinales, aromatiques que par leurs propriétés cosmétiques.

Les produits cosmétiques ont un rôle essentiel dans la vie de chacun et de nombreux consommateurs se tournent vers des produits naturels et biologiques à faible impact environnemental, au détriment des cosmétiques classiques.

Avec une croissance annuelle de 8%, la cosmétique bio a une croissance double de celle de la cosmétique conventionnelle (croissance qui est de 4%).

Cette nouvelle façon de consommer a permis le développement de produits fabriqués avec des matières premières issues de l’agriculture biologique et dont l’impact environnemental est maîtrisé.

Parmi ces matières premières se trouvent les huiles essentielles (HE), l’engouement pour les HE ne se dément pas avec une croissance annuelle de 9,6% prévue entre 2017 et 2022 pour les HE unitaires (aucun mélange).

Ce regain pour les matières premières d’origine naturelle et biologique est conforté par l’Agence Bio/CSA dont le dernier baromètre indique que 61% des français ont acheté au moins un produit certifié Bio au cours de l’année 2019.

Cependant, cet engouement ne doit pas faire perdre de vue la toxicité potentielle de certaines HE.

C’est pour cela que l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a souhaité, via les avis de la commission de cosmétologie, encadrer l’utilisation des huiles essentielles (HE) en prenant en compte l’importance de la qualité des HE et des matières premières, dont elles sont issues.

Les huiles essentielles (HE) présentent des propriétés biologiques intéressantes, ce n’est plus à démontrer.

Cependant il faut être vigilant sur l’évaluation du risque lié à l’utilisation de certaines d’entre elles en raison de leur passage par voie transdermique ou en ingestion.

Le recul d’utilisation est rassurant car de nombreuses publications scientifiques sont disponibles.

Néanmoins, ces publications ne sont bien souvent pas suffisantes d’un point de vue toxicologique, et d’autres informations tendent aussi à démontrer les interactions possibles entre certaines huiles essentielles (HE).

L’effet indésirable le plus connu est l’effet allergisant.

Par exemple : l’huile essentielle de Mélaleuca ou Arbre à Thé est très utilisée dans les formules cosmétiques. Elle génère à elle seule le plus de réactions allergiques déclarées comme le décrit la Revue Française d’Allergologie. D’autre part, certaines huiles essentielles ont un effet photo-sensibilisant en raison de la présence de furocoumarines comme les HE de citron, orange ou bergamote.

Les huiles essentielles sont donc à manier avec prudence.

Parmi les propriétés des HE, voici une liste non exhaustive de celles intéressantes en cosmétologie, par exemple pour des produits d’hygiène cutanée:

  • Pouvoir antibactérien (Origan d’Espagne, Thym vulgaire),
  • Pouvoir antiviral (Arbre à Thé, Basilic tropical),
  • Pouvoir antifongique (Origan d’Espagne, Cannelle),
  • Pouvoir antiseptique (Eucalyptus radié),

Ces propriétés permettent de soutenir la résolution des problèmes de peau suivants  (liste non exhaustive) :

  • Acné (Arbre à thé, Géranium Rosa),
  • Psoriasis (Romarin à Verbénone, Ciste Ladanifère),
  • Eczéma (Lavande Aspic, Eucalyptus citronné),
  • Brûlures et coups de soleil (Lavande Aspic, Laurier Noble, Bois de Hô),
  • Cellulite (Helichyse Italienne, Cyprès de Provence ),
  • Transpiration (Palmarosa, Menthe poivrée),
  • Peau sensible, sèche et irritée (Camomille, Lavande, Sauge, Calendula)….

L’utilisation des huiles essentielles s’avère donc, pertinente dans le traitement de nombreux problèmes cutanés.

Si vous souhaitez développer ou rénover votre gamme de produits

Contactez-nous